Les plus beaux opéras du monde

Guillaume De Laubier, Antoine Pecqueur

 
5
Feuilleter l'ouvrage

Les plus beaux opéras du monde vous invite à parcourir la planète pour découvrir trente salles d’exception. Au-delà de la salle en elle-même, ce beau livre vous dévoile les coulisses, généralement interdites au public. Une visite inédite et spectaculaire accompagnée d’un exceptionnel reportage photos de ces lieux mythiques, réalisé spécialement pour cet ouvrage.

BEAUX LIVRES
Beaux-arts
280 x 280 mm - 240 pages
19 septembre 2013 - 9782732456980
45 €
Télécharger la fiche
Guillaume De Laubier, Antoine Pecqueur

Antoine Pecqueur est journaliste et présentateur sur la chaîne de télévision Mezzo. Il tient également la rubrique « Enquêtes » de La Lettre du Musicien et collabore comme reporter au magazine Classica. Titulaire d’un Prix de basson du Conservatoire national supérieur de musique de Lyon, il joue par ailleurs régulièrement au sein d'orchestres sur instruments anciens et d’ensembles de musique contemporaine.

Portraits de designers, univers singuliers, lieux inspirés… Depuis vingt-cinq ans, le photographe Guillaume de Laubier retient l’attention des plus grands magazines de décoration et d’art de vivre. Il met aujourd’hui son talent au service des livres, notamment Les Plus Belles Bibliothèques du monde, L’Esprit des vins, Sarah Lavoine, ou encore À la table des designers, parus aux Éditions de La Martinière.

blog
appel d'air - beaux livres

Les plus beaux opéras du monde

1

19 septembre 2013

La Scala, le Bolchoï, le Palais Garnier… des lieux légendaires au service d’un art : l’opéra.
De Sydney à New York, en passant par Paris, Milan, Venise, Oslo, Moscou, Tokyo ou encore Vienne, Antoine Pecqueur et Guillaume de Laubier nous font découvrir 30 salles d’exception. Chefs-d’œuvres baroques, écrins romantiques ou vaisseaux futuristes, ils sont le fruit de véritables prouesses architecturales et accoustiques.
 
INTERVIEW ANTOINE PECQUEUR
 
Comment l’idée de ce livre est-elle née ?
Il existe quantité de livres sur les opéras en tant qu’œuvres, de La Flûte enchantée de Mozart à La Tétralogie de Wagner, mais très peu d’ouvrages sur les opéras comme édifices. Or ce sont des lieux passionnants, tant d’un point de vue historique qu’architectural et acoustique. Il est donc peu de dire que j’étais particulièrement enthousiaste lorsque le photographe Guillaume de Laubier m’a proposé de l’accompagner sur ce projet. Dans ce livre, j’ai souhaité mettre à profit le double regard que je porte sur ces bâtiments : comme musicien d’orchestre, j’ai eu la chance de jouer dans bon nombre d’opéras, j’ai donc pu en apprécier la sonorité et y vivre la magie des représentations depuis la fosse d’orchestre ; d’autre part, comme journaliste pour la chaîne de télévision Mezzo, je présente régulièrement des directs depuis les grands opéras européens, et réalise des reportages dans les coulisses de ces maisons, où je découvre les loges cachées, les ateliers de décors et de costumes
ou encore, comme au Palais Garnier, les ruches sur le toit… Deux points de vue complémentaires.

Sur quels critères votre sélection s’est-elle faite ?
L’exercice était périlleux ! Comment arriver à sélectionner une trentaine d’opéras dans le monde entier ? Avec Guillaume, nous avons souhaité réunir des édifices incontournables ( le Bolchoï de Moscou, la Scala de Milan…) et des bâtiments méconnus (notamment les théâtres privés de châteaux), des opéras historiques et des ouvrages d’architecture contemporaine. Le but était d’offrir
un panorama rythmé, qui puisse interpeller à la fois le néophyte et le mélomane le plus confirmé.

Votre coup de cœur ?
J’avoue avoir un faible pour l’opéra d’Oslo, un chef-d’œuvre d’architecture contemporaine. Sa localisation face aux fjords, la beauté de ses matériaux (marbre et verre à l’extérieur, bois à l’intérieur) et sa chaleur acoustique forcent l’admiration. Sans oublier cette idée géniale des architectes : les spectateurs peuvent monter sur le toit de l’Opéra, profitant ainsi d’une vue panoramique.