Intuition et 6e sens

Une enquête aux frontières de la psychologie

Stéphane Allix, Jocelin Morisson

 
2
Feuilleter l'ouvrage

De l'intuition à la voyance, en passant par l'inspiration, la créativité et même le génie, le sixième sens est une réalité, bien que sa nature et ses mécanismes échappent toujours à la science. Prémonition, vision à distance, télépathie... sont toutes les manifestations d'une même faculté naturelle, l'intelligence intuitive, dont nous sommes tous dotés et que nous pouvons tous développer. Des dispositions mentales adéquates améliorent cette intuition, provoquent des synchronicités et peuvent conduire à des perceptions extrasensorielles.


Le site internet de la collection :

http://www.experiencesextraordinaires-leslivres.fr/

ART DE VIE

135 x 220 mm - 156 pages
18 avril 2013 - 9782732455709
14.9 €
Version num�rique
T�l�charger la fiche
Stéphane Allix, Jocelin Morisson

Suivre l'auteur

 
J'aime
Partager sur Facebook

Stéphane Allix est journaliste, ancien reporter de guerre, réalisateur et écrivain. En 2007, il a fondé l'INREES (Institut de recherche sur les expériences extraordinaires), consacré à l'étude des expériences humaines inexpliquées. Il est l'auteur et l'animateur de la série de documentaires "Enquêtes extraordinaires" sur M6, et dirige le magazine Inexploré. Il a publié entre autres La mort n'est pas une terre étrangère (Albin Michel, 2011 puis J’ai lu, 2013).


Jocelin Morisson est journaliste scientifique depuis vingt ans et a collaboré à de nombreuses revues et magazines (Inexploré, Le Monde des religions, Nouvelles Clés, La Vie, VSD hors série). Il est également auteur et coauteur de plusieurs ouvrages sur le thème des états modifiés de conscience et de la parapsychologie scientifique.

blog
appel d'air - art de vie

Rencontre avec Stéphane Allix : un autre regard sur les phénomènes inexpliqués

3

18 avril 2013

A l'occasion de la rediffusion sur M6 de l'émission consacrée au 6e sens, nous vous invitons à découvrir cet entretien avec Stéphane Allix autour de sa collection, "Expériences extraordinaires".

“ Mon objectif est de montrer que ces phénomènes dits surnaturels, sont extrêmement répandus un peu partout sur le globe, et d’émettre des hypothèses pour les expliquer en présence de scientifiques qui les ont étudiés.”
 
Stéphane Allix débute dans le journalisme comme reporter de guerre en 1988, à l’âge de 19 ans, et couvre de nombreux conflits, essentiellement en Afghanistan, mais aussi en Somalie, au Cachemire…
Depuis 2003, il étudie les disciplines scientifiques telles que la psychiatrie, la physique quantique, la biologie, l’astrophysique, et s’intéresse aussi aux expériences inexpliquées, aux connaissances traditionnelles, ou encore aux savoirs chamaniques. Fort de son parcours de grand reporter, Stéphane Allix applique des méthodes d’enquête rigoureuses aux sujets inexpliqués. Il confronte les témoignages aux avis d’experts et constate la réalité de phénomènes insolites comme la précognition, les contacts avec les défunts, les guérisseurs…
En juin 2007, il fonde l’INREES, Institut de Recherche sur les Expériences Extraordinaires, qui porte un autre regard sur les expériences dites extraordinaires. Stéphane Allix est également le créateur de la série documentaire Enquêtes Extraordinaires sur M6.
 
Qu’est-ce qui vous a amené à vous intéresser aux phénomènes inexpliqués ?
J’ai perdu mon frère dans un accident de voiture en Afghanistan, il y a 11 ans. Ça a été un véritable choc. J’étais à l’époque journaliste d’investigation, je travaillais sur des conflits, des questions de société. La mort de mon frère m’a amené à me poser des questions : y a-t-il une vie après la mort ? Où se trouve mon frère ? Dans notre société occidentale, on est laissé à l’abandon avec ces questions-là. Si on est croyant, on peut éventuellement trouver une réponse, du moins du réconfort. Si on aborde cette question de manière laïque, il n’y a rien.
Quelques années après son décès, j’ai fini par trouver des pistes, j’ai rencontré des scientifiques, des chercheurs, des gens tout à fait crédibles qui s’intéressaient aux phénomènes inexpliqués. Cette découverte m’a enthousiasmé et je me suis engagé dans cette recherche-là.
 
Vous avez fondé l’INREES, lancé le magazine Inexploré, aujourd’hui vous présentez la collection Expériences extraordinaires. Pourquoi cette collection ?
Le public est en demande énorme sur ces sujets-là. L’idée de cette collection, c’est de proposer des repères clairs, précis, rigoureux, sur des questions comme la maladie, la fin de vie, l’intuition… Ce sont des questions essentielles parce qu’elles touchent au cœur de notre vie. Cela demande une vraie expertise.
 
Chacun des thèmes abordés dans cette nouvelle collection est traité avec rigueur et méthode, dans un grand esprit d’ouverture, alors que, souvent, le scepticisme prévaut lorsqu’on évoque les phénomènes inexpliqués. Quel regard portez-vous sur ces expériences dites extraordinaires ?
Quand vous observez qu’un guérisseur est capable de calmer les effets d’une brûlure provoquée par la radiothérapie, ce n’est plus de la magie, c’est un traitement. Il ne cadre pas avec le modèle scientifique, mais c’est un traitement qui permet d’ouvrir un nouveau champ de recherche et d’investigation. Prenons le cas du 6e sens : télépathie, prémonition, vision à distance, voilà des phénomènes qui sont scientifiquement prouvés depuis quasiment un siècle, pourtant personne n’y croit. Pourquoi ? Parce qu’on n’a pas de modèle scientifique qui permette de le comprendre. La science, c’est d’abord une démarche qui consiste à se dire : j’observe la réalité et je m’interroge sur ces petites anomalies qui ne devraient pas se produire et qui pourtant se produisent. Si je réussis à émettre des hypothèses sur ces anomalies, je vais pouvoir formuler des théories qui seront des théories descriptives de la réalité de demain. Encore faut-il avoir l’envie de se remettre en question, et accepter une nouvelle conception de la réalité.
 
“ La science, c’est d’abord une démarche qui consiste à se dire : j’observe la réalité et je m’interroge sur ces petites anomalies qui ne devraient pas se produire et qui pourtant se produisent.”